jeudi 31 août 2017

Le prodigieux évènement (9)


En vain pour le précipiter plus sûrement à l’abîme où sombrent les gloires humaines, s’est-il adjoint ces forces redoutables de destruction : la haine ardente, la négation furieuse, la raillerie dissolvante. Des années passent, chacune d’elles blessent à mort les grandeurs éphémères d’ici-bas. Mais celle que le scepticisme reléguait obstinément au rang des fables, s’empare des esprits, les étonne, les émeut, les arrache victorieusement à l’emprise d’une illusion possible, les éblouit d’une réalité qui force l’attention et impose la croyance irrésistible (R. Gaëll, 1946).

mercredi 30 août 2017

Le prodigieux évènement (8)


Parmi ces grands événements que l’indifférence grandissante a refoulés dans l’ombre où ne s’agitent plus que des fantômes, il en est un qui, au rebours des autres, n’a cessé de grandir et de resplendir dans la mémoire des hommes. Contre lui, le temps a inutilement épuisé ses efforts ravageurs et tenté, sans y réussir, de lui imposer sa loi fatale d’anéantissement (R. Gaëll, 1946).

mardi 29 août 2017

Le prodigieux évènement (7)


Et puis, en songeant aux millions de victimes sur qui s’est penchée un jour notre pitié attendrie, on pourra répéter ce que disait le poète déplorant avec amertume la cruelle inconstance des regrets humains : « …Les morts durent bien peu… Hélas ! En leur cercueil, ils tombent en poussière moins vite qu’en nos cœurs… » (R. Gaëll, 1946).

lundi 28 août 2017

Le prodigieux évènement (6)


Même la plus atroce et la plus infernale des guerres qui aient ensanglanté l’univers et dont il nous semble que les générations à venir ne pourront l’évoquer sans frémir d’épouvante, n’échappera point à l’inexorable oubli. Pendant dix ans, vingt ans peut-être, l’humanité sera secouée par les remous chaque jour décroissants du formidable cataclysme (R. Gaëll, 1946).

dimanche 27 août 2017

Père, Fils et Saint Esprit


Quand Pierre dit à Jésus : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant », Jésus lui répond : « C’est mon Père, qui est aux cieux, qui t’a révélé cela. » Effectivement, « personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père et personne ne connaît le Père, si ce n’est le Fis et celui à qui le Fils veut le révéler ». La Vierge Immaculée connaît le Fils par le Père et le Père par le Fils. Par la Sainte Vierge, Bernadette entre, pour sa part, dans cette relation qui est immersion dans l’éternel échange d’Amour du Père et du Fils, dans la communion de leur Esprit. C’est pour cela que nous sommes créés, recréés, sanctifiés, pour que, au terme, si nous l’acceptons, nous soyons offerts par le Fils au Père et par le Père au Fils dans la communion de leur Esprit.

samedi 26 août 2017

Le prodigieux évènement (5)


Sans remonter aux époques lointaines, quelle place occupent donc aujourd’hui dans nos mémoires les événements du siècle dernier ? Les sentiments divers qu’ils ont naguère inspirés n’effleurent même plus notre sensibilité ; à peine éveillent-ils chez nous, en de rares circonstances, un vague intérêt, une curiosité passagère que l’actualité dévorante a bientôt effacée des esprit et des âmes (R. Gaëll, 1946).