vendredi 31 mars 2017

L'Annonciation (6)

Ce mystère fondamental est un mystère caché. Pendant le dialogue de l’Ange et de Marie, on passe et on repasse comme d’habitude devant la demeure de la Vierge et personne ne soupçonne quoi que ce soit de l’événement central de l’histoire humaine, qui se déroule, à quelques pas de là (Mgr Pierre-Marie Théas, 25 mars 1952, à Lourdes).


jeudi 30 mars 2017

L'Annonciation (5)


Parce qu’il y a une chair, le Verbe Incarné pourra être le fondateur de cette société visible des enfants du Père : Il sera le Dieu de l’Église. Parce qu’il y a une chair, le Verbe éternel pourra, par elle, nous vivifier, nous saisir, nous agréger à son corps mystique : il sera, sur terre, le Dieu de la grâce, en attendant d’être, au Ciel, de Dieu de la gloire (Mgr Pierre-Marie Théas, 25 mars 1952, à Lourdes).

mercredi 29 mars 2017

L'Annonciation (4)


Tout part du premier 25 mars de l’ère chrétienne. L’Incarnation est le commencement de cette époque qui marque l’effort de Dieu pour réaliser l’intimité avec les hommes. Parce qu’il y a une chair, le Verbe Éternel pourra souffrir et mourir : il sera le Dieu Rédempteur. Parce qu’il y a une chair, le Verbe Incarné pourra nous la livrer en nourriture : il sera le Dieu de l’Eucharistie (Mgr Pierre-Marie Théas, 25 mars 1952, à Lourdes).

mardi 28 mars 2017

L'Annonciation (3)


Verbum caro. L’union intime, personnelle et indissoluble de ces deux réalités, de ces deux extrêmes, le Verbe de Dieu et la chair humaine, c’est le grand mystère chrétien. Il sollicite jusqu’à la fin des siècles le regard, l’admiration, l’amour des croyants. Pour les âmes contemplatives, après la Sainte Trinité, aucun thème d’oraison n’est comparable à celui-ci. On comprend le mot de Bérulle : « Après l’Incarnation, il ne faut plus rien admirer » (Mgr Pierre-Marie Théas, 25 mars 1952, à Lourdes).

lundi 27 mars 2017

L'Annonciation (2)


Le grand événement de l’Histoire, ce n’est pas que Jésus soit mort, ni qu’il soit né, mais qu’il ait été conçu, qu’il soit le Verbe Incarné. Au point de départ de la Rédemption, il y a cette chose extraordinaire, qui se situe à la conclusion du dialogue de l’Ange et de Marie : le Vierge s’est fait chair (Mgr Pierre-Marie Théas, 25 mars 1952, à Lourdes).

dimanche 26 mars 2017

La boue et l'eau


À Jérusalem, « avec sa salive, Jésus fit de la boue ; puis il l’appliqua la boue sur les yeux de l’aveugle de naissance et lui dit : ‘ Va te laver à la piscine de Siloé ’. » À Lourdes, à la demande de Marie, Bernadette barbouille son visage avec de la boue, puis elle se lave à la source qui lui est désignée. Dans les deux cas, avec l’eau – qui annonce la Croix et symbolise l’Esprit –, nous voyons le Seigneur faire de sa créature une créature nouvelle.