samedi 30 avril 2016

Pèlerin des Vosges (107)


Et tout à coup, tous ces visages défigurés, tous ces corps déformés, disloqués, tordus, allongés côte à côte, serrés les uns contre les autres, dans une effrayante et sainte promiscuité, l’idiot près du paralytique, le cancéreux près de l’aveugle, Nosloc crut les voir se réunir, se fondre, coagulés en un seul visage, celui dont Isaïe disait : Il n’a ni forme ni beauté pour exciter nos regards. Il est apparu comme un lépreux frappé de Dieu, humilié, abattu jusqu’à terre…

vendredi 29 avril 2016

Pèlerin des Vosges (106)


Si vous pouviez entendre ces cris inarticulés de ce bébé idiot entre les bras de sa mère qui, partout ailleurs, aurait honte mais qui, ici, sourit d’un sourire ruisselant de larmes, en lui parlant comme à une poupée, dans une espérance mêlée d’acceptation !

jeudi 28 avril 2016

Pèlerin des Vosges (105)


Si vous pouviez voir le regard humide de pleurs de cette enfant infirme se lever d’instant en instant vers le ciel, dans une grimace de souffrance et une imploration muette, pour appeler la force de supporter cette jambe ulcérée !

mercredi 27 avril 2016

Pèlerin des Vosges (104)


Si vous pouviez voir ce regard plein de désespoir, ou de révolte, de ce jeune paralysé visité brutalement par l’infirmité au début d’un merveilleux mariage ! Il est des révoltes que tu ne peux admettre, théoricien bien portant, mais qui ont été devancées, pour les sanctifier malgré elles, par le cri qui déchira les ténèbres du Golgotha : « Mon Dieu ! pourquoi m’as-tu abandonné ? »

mardi 26 avril 2016

Pèlerin des Vosges (103)


Ah ! Gens curieux, pensait Nosloc, au milieu des grabats, si vous pouviez voir cette jeune fille pleurer ces grosses larmes silencieuses que lui arrache la douleur, lorsqu’on la remonte sur ses oreillers, et que sèche une infirmière, inconnue la veille, en l’embrassant doucement comme une sœur, en la caressant avec une tendresse de maman !

lundi 25 avril 2016

Pèlerin des Vosges (102)


Nosloc se vengeait en jouissant de la déception qui transparaissait sur leur visage, lorsque simplement, froidement – quand ce n’était pas avec une pointe d’énervement – il répondait : « Non ».