mercredi 30 septembre 2015

Appel aux malades (1)


Bien chers malades, c’est l’évêque de Lourdes qui vous parle, comme il l’a fait souvent devant la Grotte. Il voudrait mettre dans sa voix une inflexion de respect et de tendresse pour vous transmettre le salut et le message de Notre-Dame. (Allocution de Mgr Pierre-Marie Théas, à l’antenne de Radio Vatican, le 23 février 1957)

mardi 29 septembre 2015

Petite histoire de Massabielle (13)


« Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde, mais dans l’autre ». L’humble religieuse ne fut pas épargnée par la souffrance : elle avait été avertie. Elle accepta tout sans murmurer ; et quelques mots, qui lui échappèrent parfois, nous donnent l’assurance qu’elle offrait sa vie en holocauste pour la conversion des pécheurs ; elle souffrit sur la terre ; elle triomphe aujourd’hui dans le Ciel où elle a retrouvé la Sainte Vierge « si bonne, si belle, qu’après l’avoir vue une fois, on voudrait mourir pour ne plus la quitter ». (Texte de Mgr Pierre-Marie Théas, 1947)

lundi 28 septembre 2015

Petite histoire de Massabielle (12)


Bernadette. Et Bernadette, que devient-elle ? Jusqu’au 2 juillet 1866, elle reçut asile à l’Hospice tenu par les sœurs de Nevers, suivit régulièrement les cours à l’école des Sœurs, puis alla se cacher au Couvent de Saint-Gildard à Nevers. La gloire pour Marie et son Fils ; l’humble obscurité du cloître pour elle. Ce ne fut pas sans une indicible émotion et sans verser des flots de larmes qu’elle fit ses adieux à la Grotte bénie, qui avait été pour elle une vision du Paradis. (Texte de Mgr Pierre-Marie Théas, 1947)

dimanche 27 septembre 2015

Le pour ou le contre


« Celui qui n’est pas contre nous est pour nous » dit Jésus à ses disciples. Cela veut dire que l’appartenance au Christ commence dès qu’on cesse de lui résister. À partir de là, le disciple emprunte le chemin qui conduit à la rencontre avec le Christ. Au début de son pèlerinage, le pèlerin de Lourdes ou d’ailleurs peut sembler être loin du Christ pourtant le Christ est proche de lui. Par cette proximité le pèlerin avance, pas à pas, jusqu’à prendre conscience qu’il a rencontré le Christ : « Notre cœur n’était-il pas tout brulant lorsqu’il nous parlait en chemin » diront deux des premiers disciples.

samedi 26 septembre 2015

Petite histoire de Massabielle (11)


Les miracles. Et les miracles foisonnent à la Grotte, aux piscines, à la Bénédiction du Très Saint Sacrement. Écoutez celui-ci : Gabriel Gargam, un postier ambulant, fut grièvement blessé en 1890, dans un déraillement de chemin de fer, près d’Angoulême : colonne vertébrale lésée, paralysie complète depuis la ceinture jusqu’aux pieds : il ne peut être alimenté qu’à l’aide d’une sonde. Il passe 18 mois dans à l’hôpital d’Angoulême ; puis le Tribunal de cette ville et la Cout d’Appel de Bordeaux condamnent la Compagnie de Chemin de Fer à lui verser 60 000 Francs, et une rente viagère de 6 000 Francs, parce que, dit la Cour de Bordeaux, « Gargam est réduit à l’état d’épave humaine en qui ne subsiste plus que l’intelligence ». Or cette épave se lève soudain, complètement guérie, sous la bénédiction du Saint Sacrement, le 21 août 1901. Depuis lors, il est venu tous les ans, pendant 40 ans, remercier la Sainte Vierge et faire l’office de Brancardier. (Texte de Mgr Pierre-Marie Théas, 1947)

vendredi 25 septembre 2015

Petite histoire de Massabielle (10)


Et, à l’appel de Marie, les foules apportent à Lourdes leurs actions de grâces, leurs souffrances, leurs supplications. Et leurs conversions se multiplient dans les confessionnaux de la crypte ; les incrédules retrouvent la foi et la paix ; les indifférents reviennent à la pratique de leur religion ; les pécheurs sont purifiés et décident de changer de vie. À tous, Marie obtient de Jésus le désir de sainteté. (Texte de Mgr Pierre-Marie Théas, 1947)