mardi 30 juin 2015

Cardinal Roncalli, 25 mars 1958 (14)


Je sais qu’au début de la réalisation de ce temple si vaste et si singulier qu’on peut le comparer à un pavillon immense ouvert à des foules innombrables accourues de tous les points de la terre, les incertitudes et les diversités d’opinions ne manquent pas. Aujourd’hui la réalité est sous nos yeux : et c’est un motif de joie pour nos cœurs. Bénissons la divine Providence qui, au milieu des incertitudes et de quelques difficultés, nous a conduits à cette magnifique réalisation. (Sermon de Son Éminence le Cardinal Roncalli, lors de la consécration de l’église Saint-Pie X, à Lourdes, le 25 mars 1958)

lundi 29 juin 2015

Cardinal Roncalli, 25 mars 1958 (13)


Oh ! Mémoires chères et sacrées de Chartres ! Oh ! Actualité merveilleuse de Lourdes ! deux noms, deux points… une histoire qui s’est prolongée au cours des siècles .Saint Augustin avait bien raison de nous inviter à l’étude des coïncidences merveilleuses des nombres et des dates. À Chartres, le début des fates religieux de la Gaule chrétienne, dans la lumière de Marie : Notre-Dame de sous-terre. À Lourdes l’apogée d’une  vitalité religieuse de la France toujours plus ardente, et encore dans la lumière de Marie : « in signum gentium » et encore une fois, ici, dans un temple qui porte le nom et la réalité du premier Notre-Dame de sous-terre. (Sermon de Son Éminence le Cardinal Roncalli, lors de la consécration de l’église Saint-Pie X, à Lourdes, le 25 mars 1958)

dimanche 28 juin 2015

Deux faits distincts


Lorsqu’on raconte deux événements distincts, on commence habituellement par le premier avant d’aborder le second. Ce n’est pas ce que font les évangélistes. En effet, dans la grande tradition des rédacteurs des différentes livres de la Bible, ils commencent par faire le récit d’un fait, puis changent de sujet pour ensuite revenir au premier récit et l’achever. On appelle cela faire une « inclusion ». Ainsi l’histoire centrale est mise en valeur par celle qui en même temps la précède et la suit. À Lourdes, cette même « figure de style » a été retenue en 1858. Par exemple, les deux premières apparitions sont silencieuses, ce qui est également le cas des deux dernières. Ceci a pour but d’attirer l’attention sur le cœur du message : la découverte de la source, le 25 février 1858, jour de la neuvième apparition.

samedi 27 juin 2015

Cardinal Roncalli, 25 mars 1958 (12)


Le nouveau Temple que nous avons aujourd’hui consacré à l’adoration de Dieu Un et Trine, à la vénération de la divine Mère de Jésus et la nôtre aussi, reçoit un complément splendide dédicatoire, dans le nom de Saint-Pie X, dernier pape canonisé, contemporain de plusieurs d’entre nous qui le vîmes de nos propres yeux, dont nous entendions la voix, comme l’humble Cardinal qui, aujourd’hui vous parle, célèbre ce rite et sent encore sur sa propre têt les mains vénérables du saint Pontife en signe de bénédiction. (Sermon de Son Éminence le Cardinal Roncalli, lors de la consécration de l’église Saint-Pie X, à Lourdes, le 25 mars 1958)

vendredi 26 juin 2015

Cardinal Roncalli, 25 mars 1958 (11)


Mes frères : encore un instant, un instant de cinquante années qui mesurent et complètent notre siècle. La date est dans notre cœur ému : l’aujourd’hui que nous goûtons, l’aujourd’hui 25 mars 1958, qui nous exalte et nous attendrit. Que se passe-t-il donc autour de nous ? C’est Pie-X qui revient, mais cette fois-ci non pas spirituellement du Vatican, mais auréolé d’une lumière céleste , proclamé saint de l’Église militante et de l’Église triomphante par la voix de son troisième successeur. La canonisation solennelle e en effet conféré à Pie X l’honneur du culte et son nom est offert au peuple chrétien, non seulement pour son édification spirituelle, mais aussi comme titre d’invocation, comme céleste Patron. (Sermon de Son Éminence le Cardinal Roncalli, lors de la consécration de l’église Saint-Pie X, à Lourdes, le 25 mars 1958)

jeudi 25 juin 2015

Cardinal Roncalli, 25 mars 1958 (10)


Cinquante années s’écoulent. Nous sommes au 29 janvier de l’an 1908. Grande exultance sous les voûtes de la cathédrale de Chartres. Quel est ce Pontife vénérable et imposant qui s’avance ? Est-ce un personnage réel ? Est-ce un esprit céleste ? Oh ! vision chère et bénie ! C’est le Pape Pie X, c’est lui-même qui, – non dans sa personne physique, mais dans une réalité spirituelle – d’un solennel geste pontifical et portant dans ses mains le diplôme apostolique, élève la cathédrale antique dédiée à Notre-Dame de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, à la dignité insigne de basilique Mineur. (Sermon de Son Éminence le Cardinal Roncalli, lors de la consécration de l’église Saint-Pie X, à Lourdes, le 25 mars 1958)