dimanche 31 mai 2015

La Sainte Trinité


Lorsqu’il s’agit de méditer le mystère de Dieu, Lourdes s’avère être un lieu privilégie. Ainsi, en célébrant la fête de la Sainte Trinité, on peut accompagner Bernadette à la Grotte, le 11 février  1858, en fin de matinée. La Vierge Immaculée, toute de douceur et de lumière, vient à elle et aussitôt lui enseigne à bien faire le signe de la croix, en disant : Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Et puis, pendant la prière de Bernadette, la Vierge Immaculée s’incline lorsque l’enfant, dit à la fin de chaque dizaine du chapelet : Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit. Plus tard, le 25 mars 1858, la Dame révèle son identité à Bernadette. En disant : Je suis l’Immaculée Conception, la Vierge lève les yeux au ciel, indiquant ainsi le Père de qui vient tout don parfait, puis elle étend les bras vers la terre, rappelant les bras étendus de Jésus à l’heure où il livre sa vie pour nous sur la croix, enfin elle tremble de tout son être, rendant comme visible le souffle de l’Esprit Saint qui l’anime.

samedi 30 mai 2015

Le chef d’œuvre de l’Immaculée (61)


Le sens du péché, la voyante de Massabielle ne le doit ni à son expérience personnelle, ni au milieu familial ou social, ni à une réflexion théologique dont elle était incapable. C’est la Dame du Rocher qui le lui a donné, le 21 février 1858, lorsque la vue des souillures de l’humanité couvrit son visage et ses yeux d’une tristesse profonde qui provoqua les larmes de Bernadette. Celle-ci comprit : la Mère de Dieu souffre de nos péchés, pour l’injure faite à l’amour et à la sainteté du Seigneur. La Mère des hommes souffre du mal qu’est le péché  pour chacun de ceux qui le commettent. (Sainte Bernadette, le chef d’œuvre de l’Immaculée, Lettre pastorale de Mgr Pierre-Marie Théas, évêque de Tarbes et Lourdes, 18 février 1954)

vendredi 29 mai 2015

Le chef d’œuvre de l’Immaculée (60)


Il doit y avoir et il y a des redressements, grâce à Marie. « D’un mouvement irrésistible, les pécheurs se sont emparés d’elle… Aux heures où nous nous dérobons devant la face de Dieu, nous osons nous tourner encore vers l’Immaculée, comme s’il existait une correspondance, comme s’il s’établissait un équilibre entre cette pureté sans ombre et cette souillure. » En l’introduisant dans son intimité, la Vierge Immaculée fait participer Bernadette à sa haine du mal et à son amour pour l’humanité coupable. (Sainte Bernadette, le chef d’œuvre de l’Immaculée, Lettre pastorale de Mgr Pierre-Marie Théas, évêque de Tarbes et Lourdes, 18 février 1954)

jeudi 28 mai 2015

Le chef d’œuvre de l’Immaculée (59)


Marie est la sainte la plus séparée du péché et la plus accueillante aux pécheurs. Si misérables que nous soyons, nous sentons, en regardant l’Immaculée, toute la séduction qu’exerce sur nous cette beauté qui nous manque, qui nous attire et nous fait espérer le pardon. « S’il y a une pureté parfaite, il y a des purifications possibles, s’il y a une rectitude, il peut y avoir des redressements. » (Sainte Bernadette, le chef d’œuvre de l’Immaculée, Lettre pastorale de Mgr Pierre-Marie Théas, évêque de Tarbes et Lourdes, 18 février 1954)

mercredi 27 mai 2015

Le chef d’œuvre de l’Immaculée (58)


L’Immaculée associe Bernadette à son amour des pécheurs. Pénétrée d’humilité, la pureté est capacité d’amour, d’amour rédempteur. Comme son Divin Fils, la Vierge Immaculée a la haine du mal et l’amour de ceux qui le commettent. L’œuvre du Christ et de sa Mère est de briser les chaînes du péché et de la remplacer par les liens de l’amour : il suffit aux hommes de consentir à cette substitution. (Sainte Bernadette, le chef d’œuvre de l’Immaculée, Lettre pastorale de Mgr Pierre-Marie Théas, évêque de Tarbes et Lourdes, 18 février 1954)

mardi 26 mai 2015

Le chef d’œuvre de l’Immaculée (57)


« Vous qui avez vu et senti l’extrême désolation de votre cher Fils, assistez-moi dans la mienne. Que je reste comme vous au pied de la Croix, si tel est le plaisir de votre Divin Fils. » L’Immaculée conduit Bernadette à l’héroïcité de la charité. « Rien ne m’est plus, plus m’est rien que Jésus… Jésus Crucifié seul fait mon bonheur. » À quoi vont aboutir toutes ces opération douloureuses dans l’âme de la voyante ? (Sainte Bernadette, le chef d’œuvre de l’Immaculée, Lettre pastorale de Mgr Pierre-Marie Théas, évêque de Tarbes et Lourdes, 18 février 1954)