lundi 31 décembre 2012

La foi de Bernadette (10)


« La brièveté des dernières paroles de Bernadette répond à la dénudation du Calvaire, dans une foi et une espérance semblables, qui culminent dans la mort d’amour » (Introduction de l’opuscule ‘Bernadette disait’).

dimanche 30 décembre 2012

La Sainte Famille


L’Église donne comme modèle à toutes les familles de la terre la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Mais la Sainte Famille n’est-elle pas « trop » parfaite pour être imitable ? En effet, Jésus est le Fils de Dieu, Marie, la Vierge Immaculée, Joseph, le Juste, c’est-à-dire celui qui rend à chacun ce qui lui est dû. Pourtant, l’Évangile nous montre que la Sainte Famille est imitable. Ainsi lorsque, à l’âge de douze ans, Jésus est perdu puis retrouvé au Temple, une dialogue nous enseigne. « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela » demande Marie à Jésus. Et lui de répondre à Marie et à Joseph : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne le saviez-vous pas ? C’est chez mon Père que je dois être ? » S’agit-il d’une simple incompréhension ? Non. Marie, dont la foi est Immaculée, c’est-à-dire parfaite, doit encore grandir dans la foi. Joseph doit aussi grandir dans la foi. Et cela est imitable par tous, car tous nous devons grandir dans la foi. 

samedi 29 décembre 2012

La foi de Bernadette (9)


Sœur Philippine Molinéry a résidé au Couvent Saint-Gildard de Nevers en même temps que Bernadette, une première fois du 19 juillet 1872 au 2 février 1874. Puis à nouveau à partir de 1876, jusqu’à la mort de Bernadette. Elle témoigne : « L’esprit de foi qui l’animait se montrait dans toutes ses actions. Je vois encore le grand signe de croix qu’elle faisait avant chaque exercice de piété : on sentait qu’elle était pénétrée de la présence de Dieu » (logia 707).

vendredi 28 décembre 2012

La foi de Bernadette (8)


De 1866 à 1878, Mère Adélaïde Dons était supérieure de l’hôpital de Nevers. Lorsqu’elle venait au Couvent Saint-Gildard, elle rencontrait Bernadette. Élue supérieure générale de la congrégation le 24 janvier 1878, Mère Adélaïde était encore en responsabilité au moment de la mort de Bernadette, le 16 avril 1879. Mère Adélaïde témoigne : « Sa foi était vive. Quand je m’approchais d’elle à l’infirmerie pour recevoir sa coulpe ou qu’elle demandait la communion, son attitude respirait tellement le respect, la dévotion, que je ne la reconnaissais pas » (logia 564)

jeudi 27 décembre 2012

La foi de Bernadette (7)


Chaque premier jeudi du mois, lorsqu’elle venait au Couvent Saint-Gildard, Maison Mère de la Congrégation des Sœurs de la Charité et de l’Instruction Chrétienne de Nevers, Sœur Philomène Roques ne manquait pas de rendre visite à Bernadette. Elle témoigne : « J’étais frappée du bon sens de Bernadette et de cette rectitude d’esprit qui trouvait toujours le mot exact. Mais j’admirais encore plus son esprit de foi qui donnait à ses entretiens une saveur édifiante sans qu’elle fût le moins du monde une sermonneuse. Elle y mettait d’ailleurs une légère pointe d’enjouement qui était comme sa manière propre » (logia 537).

mercredi 26 décembre 2012

La foi de Bernadette (6)


Sœur Casimir Callery a connu Bernadette en 1874. Puis elle a partagé sa vie à l’infirmerie du Couvent Saint-Gildard de Nevers, de septembre 1876 à mars 1877. Elle témoigne : « Bernadette avait une foi très vive. Cela se voyait bien dans sa tenue et son profond recueillement à l’église ». Et elle précise : « Bernadette avait une grande foi en la présence réelle de Notre Seigneur dans l’Eucharistie » (logia 427).