lundi 31 janvier 2011

Mgr Marrucci

Le nouvel évêque de Civitavecchia-Tarquinia, Mgr Luigi Marrucci, est non seulement depuis 10 ans l’aumônier national adjoint de l’U.N.I.T.A.L.S.I. – la plus grande organisation de pèlerinages servant des personnes malades ou handicapées liée à Lourdes –, mais encore lui-même « unitalsien » depuis 30 ans. 

Il dit pourquoi il est attaché à l’U.N.I.T.A.L.S.I. qui elle-même vit son charisme à partir de Lourdes : « L’U.N.I.T.A.L.S.I.  m’a fait comprendre que la vraie sainteté est dans la rencontre de l’homme. La sainteté est humanisme, attention à l’homme, arrêt sur l’histoire de l’homme. Dans les occasions les plus heureuses, comme dans les moments les plus difficiles, l’U.N.I.T.A.L.S.I. m’a toujours aidé à comprendre l’homme ».

dimanche 30 janvier 2011

Lourdes à Rome

Samedi 29 janvier, 16h00 : la basilique Saint-Jean-de-Latran vit à l’heure de Lourdes. En effet, Mgr Luigi Marrucci, évêque nommé de Civitavecchia-Tarquinia, et aumônier national adjoint de l’U.N.I.T.A.L.S.I. depuis 10 ans, reçoit l’ordination épiscopale des mains de Mgr Luigi Moretti, archevêque de Salerno et aumônier national de l’U.N.I.T.A.L.S.I.

Dans le chœur, 29 évêques - dont  le Cardinal vicaire de Rome, ainsi que Mgr Alberto Silvani, évêque de Voltera, et Mgr Gino Reali, évêque de Porto-Santa-Rufina, tous deux co-consécrateurs -, 200 prêtres, dont 30 « chapelains de la Grotte », reconnaissables à leur croix. Dans l’assemblée, une centaine de personnes en fauteuil roulant, et un nombre bien plus important d’hospitaliers et d’hospitalières de l’U.N.I.T.A.L.S.I. en tenue de service, donnent un air lourdais à cette belle célébration, dont la moitié des chants sont de Lourdes.

samedi 29 janvier 2011

Naples et Lourdes

Dans la province de Naples, Notre-Dame de Lourdes est bien présente : une paroisse, une clinique, différentes répliques de la Grotte de Lourdes, nombreux édicules abritant, à l’angle de rues ou de maisons, la représentation de Notre-Dame de Lourdes. Mais l’autre face de la médaille, ce sont les structures accompagnant des pèlerins à Lourdes : 3 directions diocésaines pour les pèlerinages (Naples, Pompei, Sorrento Castellamare) et 5 organisations (A.M.A.M.I, O.A.S.I., Pèlerinages Dominicains du Rosaire, U.A.L.S.I. et la section régionale de l’U.N.I.T.A.L.S.I.). 

Les nombreuses affiches qui, sur les murs de la ville, offrent le pèlerinage à Lourdes, témoignent de cette vitalité, de cet amour.

vendredi 28 janvier 2011

Une paroisse

La paroisse Notre-Dame de Lourdes de Naples date de l’année mariale 1954. Au coeur de l’agglomération napolitaine, elle est située dans un quartier qui a dû être un peu périphérique, non loin de l’aéroport. Le lien avec Lourdes ne se limite pas aux grandes statues de Notre-Dame et de Bernadette, bien placées dans le chœur sur fond de « rocher ». 

En effet, la paroisse célèbre Notre-Dame de Lourdes le 11 de chaque mois, et de manière plus solennelle le 11 février. Comme ses prédécesseurs, le curé actuel, don Vincenzo Ruggiero, conduit des paroissiens à Lourdes. Enfin, parmi ses œuvres, la paroisse soutient 40 familles. Pour cela, toute une solidarité se déploie autour de sa « banque alimentaire ».

jeudi 27 janvier 2011

U.A.L.S.I.

L’Union des Amis de Lourdes et des Sanctuaires Italiens (U.A.L.S.I.) est fondée en 1950 par Frederico Pepe. Présidée à présent par Guerino Grimaldi, l’association, qui a son siège à Sainte Anastasia, regroupe aujourd’hui 800 membres. Elle organise 3 pèlerinages annuels à Lourdes, où elle accompagne des personnes malades ou handicapées. 

La Fondation U.A.L.S.I. ouvre en mars 2011 un « Village de la Fraternité ». C’est une grande bâtisse de 27 chambres, qui surplombe la ville. Quelques personnes malades ou handicapées, sans famille ni toit, y résideront en permanence. Les autres résidants seront des jeunes qui y resteront 6 mois. Là ils apprendront à mieux vivre avec leur handicap, et une formation leur sera donnée. Des salariés et des bénévoles serviront les uns et les autres.

Avec Bernadette, prier le Notre Père
Invité de Chantal Bally
le jeudi 27 janvier 2011
de 22h00 à 24h00
dans l’émission « Écoute dans la nuit »

mercredi 26 janvier 2011

Madonna dell'Arco

A Sainte Anastasia, commune de 30000 habitants entre Naples et le Vésuve, le sanctuaire de la Madonna dell’Arco accueille en ces jours les responsables des pèlerinages italiens venant à Lourdes (S.P.I.). Ce haut lieu a été construit en 1490 autour d’une icône de la Vierge vénérée depuis 1450. Les frères dominicains en ont reçu la charge en 1594. 

Depuis, chaque lundi de Pentecôte, l’icône est vénérée par 250 à 300000 pèlerins, dont 40000 sont regroupés en quelques 500 associations. Chaque jour des centaines de pèlerins participent à l’une des 6 messes dans la basilique couverte de nombreux tableaux ex votos, les autres ayant trouvé place dans un grand musée. Pour nous, un groupe d’une cinquantaine de personnes évoque cette dévotion populaire et chrétienne bien enracinée, en un vibrant et magnifique jeu scénique. 

mardi 25 janvier 2011

S.P.I.


Je suis dans le sud de l’Italie, au sanctuaire de la Madonna dell’Arco, près de Naples, invité à participer aux travaux de l’assemblée du « Segretariato Pellegrinaggi Italiani » (S.P.I.). Fondée en 1978, cette association regroupe 41 des 42 organisations italiennes de pèlerinages venant à Lourdes. Don Luciano Mainini en est actuellement le secrétaire général. La session est organisée par l'U.A.L.S.I. et les frères Dominicains, qui accueillent les participants dans la "Maison du Pèlerin", au coeur de leur sanctuaire, dont la fête est le lundi de Pentecôte. 

C’est un moment privilégié pour donner une conférence sur le thème pastoral 2011 de Lourdes. C’est aussi une belle opportunité pour me laisser imprégner par l’approche italienne du pèlerinage – dont nous avons tant à recevoir – et par la manière dont nos frères transalpins accueillent ce thème pastoral.

lundi 24 janvier 2011

Thème 2011

« Avec Bernadette, prier le Notre Père ». En 2011, le thème pastoral de Lourdes n’est donc pas le Notre Père, mais la prière avec Bernadette. En 2010, il s’agissait de prier avec Bernadette le signe de la croix, en 2012 ce sera prier le chapelet avec Bernadette. Or, pour cette année, nous n’avons pas de témoignage de Bernadette sur le Notre Père. 

De plus, lorsqu’elle évoque le Père, Bernadette dit « Dieu », ou « le bon Dieu ». Ainsi, pour aborder le thème 2011, il nous faut parler de la prière de Bernadette. Et là, non seulement nous comprenons comment Bernadette prie le Notre Père, mais encore nous recevons une lumière pour en faire autant.

Avec Bernadette, prier le Notre Père



Invité de Chantal Bally
le jeudi 27 janvier 2011
de 22h00 à 24h00
dans l’émission « Écoute dans la nuit »

dimanche 23 janvier 2011

Terre d'Evangile

Lourdes est un sanctuaire marial, donc un sanctuaire ecclésial. C’est pourquoi le cœur de Lourdes, c’est le Christ Jésus, comme l’indique le sanctuaire lui-même dont le centre est la Grotte, et plus précisément l’autel de la célébration eucharistique situé dans la célèbre cavité. Dès lors on comprend pourquoi l’Evangile retentit et résonne ainsi à Lourdes.

Ecoutons Jésus nous dire en ce dimanche : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche ». A Lourdes, avec ses mots, Marie dit la même chose pour inviter Bernadette à entrer concrètement dans cette expérience de conversion et donc à goûter le Royaume des cieux : « Pénitence. Pénitence. Pénitence ». « Priez Dieu pour la conversion des pécheurs ». « Allez à la source, boire et vous y laver ».

samedi 22 janvier 2011

Avec l'artiste

Pour Lourdes, Maria de Faykod a notamment sculpté le chemin de croix des malades. Dans le marbre ainsi travaillé, elle fait passer un message spirituel fort. Mais pour exister, le message transmis par l’artiste a besoin de qui le perçoit, le reçoit, l’accueille. Ainsi, avec Maria de Faykod, j’ai aimé contempler l’une des stations de son chemin de croix.

En effet, en se déplaçant tant soit peu, on voit quelque chose de différent. Mais pas seulement. A certains moments nous avons vu la même chose, à d’autres l’un voyait et pas l’autre, à d’autres moments encore elle et moi avons vu différemment. Ainsi en est-il pour la Grotte de Lourdes : Pour qui la regarde avec les yeux du cœur, il y a tant à recevoir. Mais pour cela il faut « donner ».

vendredi 21 janvier 2011

Les cavités

Evoquer la Grotte de Lourdes, c’est désigner la cavité dans laquelle chacun peut entrer pour ensuite en sortir, comme l’ont déjà fait des centaines de millions de pèlerins. De fait, il n’y a plusieurs cavités. Autour de la cavité principale – et pour cette raison la plus célèbre – il ne faut pas oublier la première cavité qui jouxte celle-ci à l’Est (à gauche).

Il y a également une autre cavité, parfois appelée niche, située à quelques quatre mètres du sol, qui communique avec la cavité principale : C'est là que se trouve aujourd'hui la statue de Notre-Dame de Lourdes. Mais il existe aussi d’autres creux ou excavations. La Grotte de Lourdes, c’est un univers.

jeudi 20 janvier 2011

Des courbes

A l’Ouest du massif rocher où se trouve la Grotte de Lourdes, au milieu de lignes droites que l’œil humain peut voir former entre elles des figures géométriques strictes, des courbes se dessinent subtilement. Intérieures à la rigueur de ces  lignes droites et de cet angle lui aussi droit, ces courbes délimitent la Grotte dans une douce et sereine harmonie

A Lourdes telle est la Grotte, en contraste avec son environnement immédiat. Mais la simplicité du lieu captive tellement le regard, que cela empêche peut-être de voir cet aspect, dont la portée spirituelle est pourtant grande.

mercredi 19 janvier 2011

Distinguer

Quand on marche d’Est en l’Ouest, ou que l’on regarde de gauche à droite, on voit que la Grotte de Lourdes est précédée de trois blocs rocheux. Le premier qu’on découvre, donc le plus à l’Est (le plus à gauche) est séparé des deux autres. Les deux autres, au contraire, sont l’un contre l’autre : l'un laisse voir la roche, l'autre est recouvert par la végétation. 

Ensemble, ils ont l’air d’arcs-boutants sur lesquelles s’appuie la Grotte. Pendant les mois d’été, il est heureux que la lente progression des pèlerins s’effectue le long de ces deux dernières masses rocheuses. Cette symbolique contribue peut-être à préparer chacun dans sa démarche.

mardi 18 janvier 2011

Vue d'ensemble

Les travaux en cours et l’entretien de la végétation permettent de mieux voir l’environnement immédiat de la Grotte de Lourdes. Celle-ci se situe donc dans la partie Ouest d’un massif rocheux ayant à peu près la forme d'un triangle rectangle. Au niveau du sol, cette figure géométrique est délimitée, à l’Est (à gauche), par la tourelle de la basilique du Rosaire.

A l’Ouest (donc à droite), la limite se situe près de la porte d’entrée de la sacristie. Le troisième angle, l’angle droit, se situe au-dessus de la Grotte, presque à la hauteur de la Crypte. Ainsi, non seulement la Grotte possède un environnement, mais encore celui-ci est en fort contraste avec la cavité. Il y a là toute une symbolique qui peut ouvrir à l’intériorité, la réflexion, la méditation.

lundi 17 janvier 2011

Saint Antoine


En Égypte au IVème siècle, celui qu’on appelle « le Père des moines » part vivre en ermite au désert. Mais il est vite rejoint par une foule de disciples qui, comme lui, veulent vivre ainsi l’intimité avec Dieu. A Lourdes au XIXème siècle, un jeune prêtre, l’abbé Charles Bouin, se demande si le bon Dieu et la Vierge ne l’appellent pas à être ermite à la Grotte. 

Il s’en ouvre même à Bernadette. Non seulement son rêve ne se réalise pas, mais encore la Grotte de Lourdes attire les foules sans la présence d’un ermite. Quant à Bernadette, elle manifeste sa sympathie à ce saint homme en le gratifiant d’un récit manuscrit des apparitions, le 22 août 1864.

dimanche 16 janvier 2011

De l'Eau et de l'Esprit


En présence de Jésus, Jean-Baptiste donne ce témoignage : « Celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau (= Dieu) m’a dit : ‘Celui-là (= Jésus) baptise dans l’Esprit Saint’ ». Lourdes illustre l’Évangile de ce dimanche, parce que l’Évangile est sans cesse au coeur de Lourdes. Nous voyons l’eau de la source. Nous y avons accès aux fontaines ou aux piscines. 

Et le Pape Paul VI commente ainsi la démarche de notre pèlerinage : « Lourdes est une nouvelle effusion de l’Esprit Saint ». A nous de recevoir ce que nous voyons, pour accueillir Celui que nous ne voyons pas. 

samedi 15 janvier 2011

Saint Remi

Lourdes n’est pas un sanctuaire national permettant de lire l’histoire d’un pays particulier. Pourtant saint Remi, évêque de Reims au Vème siècle, y est représenté en bonne place. D’abord, sur une statue, au pied de la rampe Sud, on voit Remi et une colombe lui portant l’ampoule d’huile pour le sacre du Roi. Ensuite, il y a un bas-relief.

Ornant le piédestal, ce bas-relief représente l’évêque Remi baptisant le Roi Clovis à Noël 496. Depuis le 12 septembre 1912, date de bénédiction de cette statue et de ce bas-relief, la France peut donc se souvenir à Lourdes de ses racines chrétiennes. Et beaucoup d’autres pèlerins peuvent découvrir l’origine de notre pays mais aussi peut-être leurs propres racines.

vendredi 14 janvier 2011

Perdue et retrouvée


A Rose-Hill, Ile-Maurice, j’ai participé à une fête peu banale, celle d’une « grotte de Lourdes » qui venait d’être retrouvée. Dans les années 1970, une personne réalise donc cette représentation dans son jardin. Puis des immeubles sont construits tout autour. La végétation envahie vite ce parc laissé à l'abandon. Ainsi cette représentation disparaît des regards.

Mais en 2005, une dame revient dans le quartier de son enfance, se souvient de cette « grotte », la cherche et la trouve enfouie dans cette jungle. Elle obtient du propriétaire l’autorisation de défricher et de l’utiliser. L’évêque m’invite à y célébrer la Messe le jour où un petit groupe y prie pour la première fois le Rosaire. Quelle belle fête !

jeudi 13 janvier 2011

Autre nécessité

L’entretien est toujours nécessaire pour conserver une construction en l’état. Cela est vrai aussi pour une réplique de la Grotte de Lourdes. En Moselle, à Blies-Ebersing, près de Sarreguemines, faisant face à l’Allemagne, cette grotte a été un cri silencieux à une époque douloureuse de l’histoire des deux pays. 

Mais lorsque je me suis rendu dans cette région en 2008, cette réplique était elle-même devenue en situation peu enviable. Je ne doute pas que depuis le nécessaire ait été fait pour que cette grotte  continue à être le signe que Notre-Dame de Lourdes est invoquée avec confiance aux heures joyeuses, douloureuses ou glorieuses.

mercredi 12 janvier 2011

Extraordinaire

La lumière, qu’elle soit naturelle ou artificielle, change les formes, les volumes, les contours. Ainsi en est-il à la Grotte. Mais il y a aussi un autre phénomène aux conséquences très étonnantes. Lorsqu’à l’occasion du Jubilé de 2008 la cavité a été nettoyée, sous la suie des cierges est apparue la roche intacte de cette partie de la Grotte. 

Aujourd’hui les travaux en cours passent par le fait de dégager toute une partie de la végétation qui s’est accumulée sur le massif rocheux. La conséquence est immédiate, impressionnante, saisissante : la Grotte se montre telle qu’elle est. Cela touche sa beauté, sa symbolique, son mystère. Et notre relation avec Celle qui nous y accueille.

mardi 11 janvier 2011

Autres travaux

Certaines répliques de la Grotte de Lourdes sont bien entretenues. Ainsi celle-ci, découverte au Liban. Elle a été réalisée en 1927 par les Filles de Notre-Dame des Douleurs, près de leur hospice. Fondée à Tarbes par Marie Saint-Frai, cette congrégation est présente à Lourdes depuis 1874. En 1978, les soeurs quittaient ce quartier de Beyrouth pour implanter leur hospice plus loin. 

La réplique de la Grotte est toujours dans le parc de ce qui est devenu l’Ecole des Beaux Arts de l’Université libanaise. Ainsi, lorsque je l’ai découverte il y a quelques années, je n’ai guère été étonné de voir des jeunes repeindre tout ce qui pouvait l’être.

lundi 10 janvier 2011

Sourires

Ce matin, je suis accueilli par le vacarme d’une tronçonneuse et la chute des branches des arbustes qui surplombent la Grotte. Dès que le silence est revenu, une dame non loin de moi interpelle un ouvrier qui nous fait face. Celui-ci vient vers elle, s’éloigne et revient lui donner l’une des branches, avec un magnifique et resplendissant sourire. 

Alors que la dame s’éloigne, une autre personne l’aborde. Aussitôt elle lui tend sa branche, et l’autre personne en coupe une partie pour elle. Puis elle regarde à nouveau la dame, cette fois-ci avec un extraordinaire sourire. Lorsque cette personne quitte la Grotte, je m’adresse à elle, photographie son rameau, puis me tourne vers elle, le cœur en joie et le visage devenu souriant.

dimanche 9 janvier 2011

Baptême du Seigneur

Lire, accueillir, méditer, approfondir, vivre l’Évangile dans la lumière de « Lourdes » est un extraordinaire privilège ouvrant à une joie sans égale. Ainsi en est-il en ce jour de la fête du Baptême du Seigneur. 

Non seulement parce que cette scène de lumière est représentée en de belles mosaïques sur la façade de la basilique Notre-Dame du Rosaire. 

Non seulement parce que, lors d’une immersion dans l’eau de la source de la Grotte, est intervenue ici la toute première guérison reconnue par l’Église. 

Mais surtout parce que « Lourdes » est tout entier baptismal parce que pascal. On y entre, on y est plongé, on y vit la rencontre, on y meurt à soi-même, et on en ressort vivifié par CELUI QUI EST LA VIE !

samedi 8 janvier 2011

Incidence


A Lourdes, on se rend à la Grotte. On y entre et on en ressort, en un mot on y passe. On se tient face à elle, longtemps ou un instant, debout ou à genoux, assis sur un pliant ou un fauteuil roulant. Extraordinaire lieu de liberté ou chacun trouve le rythme et la forme de sa propre démarche. 


Cependant, au moins deux paramètres conditionnent chaque personne. D’abord, la présence des autres et leurs comportements. Ensuite, l’aménagement de la cavité et la configuration du parvis devant la Grotte. Ainsi, en ces jours de travaux, beaucoup de pèlerins font une expérience peut-être un peu différente.

vendredi 7 janvier 2011

Les répliques et la Grotte


La Grotte de Lourdes a longtemps été comme l’une de ses répliques. On y ajoutait sans cesse des éléments, notamment une multitude d'ex-voto, mais on n’en retirait jamais rien. Il suffit de regarder une photographie du cinquantenaire des apparitions en 1908. Ce n’est que depuis 1958 et le centenaire que la Grotte a vraiment retrouvé sa physionomie. 

A partir des années mille neuf cent cinquante, en effet, la Grotte est sans cesse désencombrée, toujours repensée. Et cela va très loin car la Grotte est la partie visible d’un immense iceberg. Ainsi ce qui est fait pour la Grotte, profite, en fait, au « Message de Lourdes ». Aujourd’hui regarder la Grotte de Lourdes permet de voir l’Evangile annoncé.

jeudi 6 janvier 2011

La Grotte et ses répliques



La Grotte de Lourdes, on le sait, a une multitude de répliques à travers le vaste monde. Celles-ci sont toutes différentes, pourtant chacune renvoie à l’original. Mais les répliques ont entre elles un point commun qui les différencient de la Grotte de Lourdes : elles sont aujourd’hui le plus souvent comme au jour de leur réalisation. 

Elles demeurent figées dans ce quelles ont été. Ainsi reflètent-elles toujours le même aspect. A Lourdes, au contraire, la Grotte est non seulement un extraordinaire lieu de vie, mais aussi bien vivante. La Grotte de Lourdes est un lieu où le Seigneur ne cesse « de faire toute chose nouvelle ». Et elle est elle-même sans cesse renouvelée. 

mercredi 5 janvier 2011

Ma Grotte


« Ma Grotte ! Oh ! Ma Grotte ! » s’écriait Bernadette lorsque, dans son couvent de Nevers, lui été montrée une photographie de la Grotte de Lourdes. Parfois, elle ajoutait même : « Je ne la reconnais plus ». C’est vrai que, depuis le 19 février 1858, jour de la quatrième apparition, la Grotte est en chantier. 

Aujourd’hui encore, elle est désencombrée, nettoyée, aménagée. C’est pourquoi la Grotte est à la fois sans cesse différente et toujours identique. Dans ce paradoxe, la Grotte de Lourdes nous dit quelque chose de l’Evangile.

mardi 4 janvier 2011

Souhaits ardents


En janvier 1872, Bernadette adresse cette lettre à sa filleule Bernadette Nicolau, âgée de 8 ans : « Ta dernière lettre qui m’exprime si bien tes vœux de bonne année m’a fait un extrême plaisir. (…) Merci, ma chère, de tes bons souhaits. Les miens pour toi ne sont ni moins ardents ni moins sincères. Sois toujours bien sage et bien studieuse (…). 

Oui, ma chère enfant, tu seras heureuse surtout si tu aimes bien le bon Dieu qui te protège tout particulièrement en permettant que tu reçoives une éducation chrétienne. Il y en a tant qui ne jouisse pas du même avantage que toi. Remercie donc le Seigneur… »

lundi 3 janvier 2011

Sainte Geneviève


Née en 420 à Nanterre, morte à Paris en 510, sainte Geneviève figure, à Lourdes, dans la chapelle Sainte-Bernadette, sous la rampe Sud de l’Esplanade du Rosaire. 

Comme Bernadette, elle est souvent représentée en bergère. 

Comme Bernadette, elle est une femme de prière, consacrée à Dieu. 

Comme Bernadette, Geneviève est appréciée, aimée, invoquée par la population de sa ville. 

Là s’arrête la comparaison, car Geneviève est la sainte patronne de Paris, mais aussi des formations chargées de veiller sur la population, la gendarmerie et la police. 

dimanche 2 janvier 2011

Epiphanie



Ce mot veut dire « apparition ». Celui qui n’a d’abord été connu que de Marie, puis de Joseph, de leurs proches, puis de quelques bergers, « apparaît » maintenant au monde. Il est manifesté aux mages, comme plus tard, lors de son Baptême, puis des noces de Cana, il sera manifesté aux siens.

A Lourdes, Marie est apparue par 18 fois à Bernadette. Mais, à travers cette expérience singulière, la présence de Marie a été manifestée à notre monde. Et bien des cœurs font une place à la « mère de Jésus ».

A chacun d’accueillir non seulement l’Epiphanie de Jésus dans l’histoire de l’humanité, mais encore dans sa propre existence. Marie, qui a conduit Bernadette sur ce chemin, peut nous guider aujourd’hui vers son Fils Jésus, le Sauveur du monde et notre Sauveur.

samedi 1 janvier 2011

Voeux au curé de Lourdes

Le 28 décembre 1876, Bernadette écrit au curé de Lourdes, Mgr Dominique Peyramale : « C’est avec bonheur que mon cœur voit arriver l’époque du premier de l’an où il lui sera permis de venir vous exprimer les vœux et les souhaits bien sincères qu’il forme pour vous, Monseigneur. 

Je demande au Saint Enfant Jésus qu’il vous conserve encore de longues années au milieu de vos chers paroissiens, afin que vos bons exemples et votre zèle infatigable et plein de charité puissent les édifier encore longtemps… »