dimanche 25 décembre 2011

Silence dans la nuit


La Nativité est une nuit de silence. Les premiers à y entrer sont des bergers. Habitués aux sons nocturnes, les voici introduits dans un autre monde. En cette nuit, la lumière est de gloire, le message d’amour, la louange cosmique. Cet autre monde, Bernadette l’a entraperçu. Dans la grotte de Lourdes, elle a eu part à cette lumière, à ce message, à cette louange. Elle aussi a été saisie par le silence d’une Présence. Alors, comme les bergers elle a transmis la lumière, laissé rayonner le message, chanté la gloire de Dieu par toute sa vie.

dimanche 18 décembre 2011

Similitude

On a souvent comparé le récit évangélique de l’Annonciation et le témoignage que Bernadette donne de la première apparition dont elle a bénéficié. Les deux rencontres ne se situent pas du tout au même niveau. Cependant, dans les deux cas, il y un effet de surprise. Marie ne s’attend pas à recevoir la visite d’un ange ni Bernadette celle d’une Dame inconnue. Leurs réactions sont proches. Marie est « bouleversée », saisie de « crainte », Bernadette est « un peu saisie de frayeur ». L’ange dissipe la crainte de Marie en lui donnant le nom de « Jésus ». Marie dissipe la frayeur de Bernadette en lui donnant le signe de la croix qu’elle s’approprie aussitôt.

dimanche 11 décembre 2011

Joie

Chaque année, le troisième des quatre dimanches de l’Avent est celui de la joie. Cela peut aider à une prise de conscience. En effet, nous ne pouvons qu’être dans la joie, car le Seigneur est proche. Cependant cette joie est appelée à grandir dans l’attente de sa venue, jusqu’à nous saisir tout entier lors de sa rencontre. A travers la présence de la joie et la place de plus en plus grande qu’elle occupe dans le cœur de qui la goûte, on reconnaît la relation d’amour. Ainsi la joie caractérise la rencontre de Bernadette avec la sainte Vierge, mais elle fait aussi partie de l’expérience de beaucoup de pèlerins à la Grotte de Lourdes, en marche vers la plénitude de joie du cœur à cœur d’éternité avec Dieu.

dimanche 4 décembre 2011

Messager en chemin


« J’envoie mon messager devant toi, pour préparer le chemin ». C’est bien sûr ce que fait Jean-Baptiste marchant devant Jésus. A la Grotte de Lourdes, c’est ce que fait Marie qui prépare la venue de Jésus dans le cœur de Bernadette. C’est le secret de toute relation humaine : Accueillir l’autre comme messager du Seigneur et être pour l’autre le messager que le Jésus lui envoie.

dimanche 27 novembre 2011

Veiller


Veiller est une attitude active, puisqu’elle consiste précisément à être tourné vers celui que l’on attend. De fait celui que l’on attend devient alors le point central de son existence, celui dont on est relatif, par rapport auquel on se situe. C’est pourquoi l’injonction : veillez ! que Jésus adresse à ses disciples dans l’Evangile convient particulièrement à tout baptisé par rapport à son Seigneur. Mieux, ce simple impératif permet de comprendre la vie des saints et des saintes. Il permet en tout cas de décoder le comportement de sainte Bernadette dont toute la vie sur terre a été une attente d’amour, c’est-à-dire une veille précédant la rencontre.

samedi 26 novembre 2011

Paradoxe

Marie a dit à Bernadette : « Je ne vous promets pas le bonheur de ce monde, mais de l’autre ». De fait, non seulement Bernadette a beaucoup souffert, mais encore très longtemps. Cependant, « dans ses souffrances, elle ne témoignait jamais le désir de moins souffrir. Elle les acceptait avec résignation et même gaité. C’est seulement lorsqu’elle allait mieux que, sa nature active désirant agir, elle montrait parfois un peu de mauvaise humeur ». Ainsi, « saisie par la maladie, elle devenait plus gaie. Les boutades d’humeur disparaissaient ».

vendredi 25 novembre 2011

D'un bonheur à l'autre


En promettant le bonheur à Bernadette, Marie n’oppose pas le bonheur de ce monde et celui de l’autre monde. Pourquoi ? Parce que, comme le dit saint Paul, « de même que nous sommes à l’image du premier Adam, pétri de terre, de même nous serons à l’image du Christ, qui vient du ciel ». Ainsi, comme tout disciple, Bernadette doit-elle comprendre qu’elle est « en ce monde, mais pas de ce monde ». Il ne s’agit donc pas d’opposer, mais bien de distinguer ce monde de l’autre. En effet, l’autre monde, dont parle Marie, est intérieur au monde dans lequel nous sommes, car, comme le dit Jésus, « le Royaume des cieux est au milieu (au dedans) de vous ».

jeudi 24 novembre 2011

Deux bonheurs

En promettant le bonheur à Bernadette, Marie sait à qui elle s’adresse. En effet, Bernadette connaît le bonheur de ce monde, celui qui la voit vivre dans une famille soudée par l’amour. Et en même temps elle vient de découvrir un bonheur d’un autre ordre, celui de l’autre monde, qu’elle goûte à chaque rencontre avec la Dame, à la Grotte. Le premier bonheur est fragile. Le second la comble au-delà de tout. C’est donc parce qu’il existe bien deux bonheurs, que Marie précise à Bernadette : « Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse à la manière de ce monde, mais je vous promets de vous rendre heureuse à la manière de l’autre monde ». 

mercredi 23 novembre 2011

Quel bonheur ?

Marie promet le bonheur à Bernadette. Mais quand ? Dans ce monde ou dans l’autre ? En effet, beaucoup de personnes voient dans cette promesse une opposition entre la terre et le ciel. Mais c’est oublier que la vie éternelle est déjà commencée et que l’on peut dès à présent vivre sur la terre comme au ciel. Ainsi la promesse de Marie renvoie-t-elle à deux bonheurs différents : celui de la terre, car il existe, et celui du ciel, qui est d’un autre ordre. C’est pourquoi on doit comprendre : « Je ne vous promets pas le bonheur de ce monde, mais je vous promets le bonheur de l’autre monde ». 

mardi 22 novembre 2011

Promesse de bonheur


Lorsque Jésus appelle ses disciples, aussitôt il leur promet le bonheur : « Heureux les pauvres de cœur car le Royaume des cieux est à eux ! Heureux les doux car ils obtiendront la terre promise ! Heureux ceux qui pleurent car ils seront consolés ! Heureux ceux qui ont faim et soif de justice car ils seront rassasiés ! Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu ! ». A la Grotte de Lourdes, Marie procède de la même manière. Marie appelle Bernadette et lui promet aussitôt le bonheur : « Je ne vous promets pas le bonheur de ce monde, mais je vous promets le bonheur de l’autre monde ».

lundi 21 novembre 2011

Promesses

Lorsque la Dame lui demande : « Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ? », non seulement Bernadette accepte, mais encore elle s’y engage en le lui promettant. Nous le savons car, à chaque fois que quelqu’un essaye de l’empêcher d’aller à la Grotte, Bernadette affirme : « J’ai promis ». C’est en réponse à sa promesse que la Dame promet à son tour : « Je ne vous promets pas le bonheur de ce monde, mais le bonheur de l’autre monde », c’est-à-dire « je ne vous promets pas de vous rendre heureuse à la manière de ce monde, mais je vous promets de vous rendre heureuse à la manière de l’autre monde ».

dimanche 20 novembre 2011

Sainteté au quotidien

Jésus donne les critères du jugement dernier : « Ce que vous avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». Quelle disproportion entre l’enjeu, la vie éternelle, et le moyen de l’obtenir. Oui quelle disproportion entre la vie de Bernadette vouée aux autres dans la banalité du quotidien et la sainteté qu’elle manifeste ainsi. Les exemples cités par Jésus (donner à manger, à boire, accueillir, vêtir, visiter) montrent à la fois ce que l’on peut faire pour l’autre et en même temps que ce que l’on fait pour les autres ne se limite pas à une seule action. Quelle beauté lorsque, à Lourdes ou ailleurs, on découvre la charité en acte car on ne peut pas ne pas en devenir soi-même acteur. A la manière de Bernadette.

samedi 19 novembre 2011

15 jours

« Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ? », demande la Dame à Bernadette, le 18 février 1858, à la Grotte de Lourdes. Les 15 jours proposés correspondent à une durée. Il s’agit donc du temps qui s’écoule et dans lequel il faut s’insérer. La Dame surgit à la Grotte en une fraction de seconde. Mais seul de temps permet à Bernadette d’accueillir Marie, de l’écouter, de lui ouvrir son cœur, de lui répondre, bref d’entrer dans la relation. A travers sa démarche, Marie reflète ce que Dieu fait avec nous en nous donnant le temps de notre existence sur terre pour nous préparer à la relation d’éternité avec Lui.

vendredi 18 novembre 2011

Ici

« Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ? », demande la Dame à Bernadette, le 18 février 1858, à la Grotte de Lourdes. Dans son invitation, lorsque Marie précise : « Ici », cela veut dire : « à la Grotte ». Mais pas seulement. Car ce « ici » correspond aussi à l’endroit de la Grotte où a lieu de dialogue et donc l’invitation à venir. A ce moment là, Marie n’est pas dans le creux du rocher en hauteur et Bernadette n’est pas devant la cavité. Non Marie a d’abord invité Bernadette à entrer à l’intérieur de la cavité et l’y a précédée. Elles sont donc très proches l’une de l’autre. Cette invitation n’est donc pas lancée à la cantonade, mais elle survient dans un véritable cœur à cœur. En cela aussi Marie reflète la relation que Jésus veut nouer avec chacun de ses frères, de ses sœurs.

jeudi 17 novembre 2011

Venir

« Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ? », demande la Dame à Bernadette, le 18 février 1858, à la Grotte de Lourdes. Cette invitation implique Bernadette. En effet, si elle répond : « Oui », cela signifie qu’elle devra quitter son logement, marcher, sortir de la ville, descendre jusqu’à la Grotte. Et puis ensuite, au terme du rendez-vous, revenir chez elle. Tout cela nécessite du temps, une organisation, un effort. De fait ce que Marie lui propose, c’est d’entrer dans une expérience de pèlerinage. En cela Marie reflète le projet de Dieu pour nous car, comme le dit l’Ecriture, nous sommes « étrangers  et voyageurs » sur cette terre, et notre existence est un pèlerinage.

mercredi 16 novembre 2011

Un risque

« Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ? », demande la Dame à Bernadette, le 18 février 1858, à la Grotte de Lourdes. Cette invitation s’adresse à la liberté de la jeune enfant. Ainsi, elle aurait pu répondre : Non ; ou bien discuter le nombre de jours. On mesure le risque que Marie assume, en se rendant ainsi dépendante de la réponse de Bernadette. Pourtant c’est précisément ce risque qui donne du prix à son invitation car elle situe sur le registre de l’amour, donc sur celui de la liberté. En cela aussi Marie renvoie à l’attitude de Jésus à notre égard.

mardi 15 novembre 2011

Vous

« Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ? », demande la Dame à Bernadette, le 18 février 1858. Bernadette  a été bouleversée d’avoir ainsi été vouvoyée par la Dame. Elle qui vouvoyait à peu près tout le monde, à l’exception des enfants de son âge, était tutoyée par tous, y compris par des personnes qu’elle ne connaissait pas. Elle précisera souvent : « la Dame me disait : ‘vous’ ». Quelle délicatesse de la part de Marie, qui reflète la délicatesse de Jésus avec chacun de ses disciples!

lundi 14 novembre 2011

Une invitation

« Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ? », demande la Dame à Bernadette, le 18 février 1858, à la Grotte de Lourdes. Cette invitation répond à la demande que Bernadette vient de lui adresser : « Madame, voulez-vous avoir la bonté d’écrire ici votre nom ? ». Ainsi Marie s’ajuste-elle à Bernadette, lui parlant non seulement la même langue, mais aussi le même langage. Il suffit de lire l’Évangile pour voir que c’est exactement la pédagogie de Jésus qui rejoint toujours son interlocuteur là où il se trouve, pour ensuite l’attirer et le faire avancer vers Lui.

dimanche 13 novembre 2011

Fructification

Dans la parabole des talents, l’important est de rendre plus de talents qu’on en a reçu. L’extraordinaire fécondité de Lourdes passe d’abord par Marie. Puisqu’elle est sans tache, toute pure, « Immaculée », rien en elle ne fait obstacle à l’Amour de Dieu, à Dieu qui est Amour. Ainsi, tout ce qu’elle reçoit de Dieu elle le rend à Dieu « fructifié » sans mesure, c’est-à-dire à la mesure de Dieu. Bernadette s’inscrit dans son sillage et, elle aussi, à sa mesure, porte beaucoup de fruits. A nous d’entrer dans le Mystère de la croix du Christ et, à notre tour, nous serons associés à l’extraordinaire fécondité de Dieu.

dimanche 6 novembre 2011

Finalité

Dans la parabole des jeunes filles prévoyantes, qui ont de l’huile en réserve pour leur lampe, on ne peut qu’admirer leur sagesse. Si l’on considère sainte Bernadette comme l’une d’entre elles, on comprend que le désir de bien faire, et celui de correspondre à ce qui est attendu d’elle, leur donnent de vivre toutes les étapes de la relation avec Jésus. Ainsi elles se préparent à l’attente, elles s’ouvrent à la rencontre, elles entrent avec lui dans la vie éternelle. Oui « Dieu contribue au bien de ceux qui l’aiment ».

samedi 5 novembre 2011

Oakland

deux aspects de Lourdes
En Californie, le grand port d’Oakland est situé sur la baie de San Francisco, à exactement 7,200 kilomètres ce cette ville par le célèbre pont, le « Bay bridge ». La paroisse Notre-Dame de Lourdes date de 1921 et fête donc ses 90 ans cette année. La nouvelle église a été bénie en 1996 et comporte plusieurs vitraux représentant Notre-Dame et sainte Bernadette, dont celui-ci, avec la parole : "Je suis l'Immaculée Conception", et une représentation des basiliques comme elles sont aujourd'hui.

vendredi 4 novembre 2011

Tujunga

une signalétique caractéristique
Dans la vallée de San Fernando, à Tujunga, se trouve l’une des cinq paroisses Notre-Dame de Lourdes de l’archidiocèse de Los Angeles, en Californie. Fondée en 1920, elle est peut être la plus lourdaise des paroisses placées sous la protection de Notre-Dame de Lourdes de cet immense diocèse.

jeudi 3 novembre 2011

Northbridge


la déclaration de mission de la paroisse

Comme dans chaque pays anglo saxon, à l’entrée d’une église nord américaine est souvent affichée la déclaration de mission de la paroisse. C’est le cas à Northbridge, un quartier de Los Angeles, en Californie, pour cette belle paroisse Notre-Dame de Lourdes.

mercredi 2 novembre 2011

Los Angeles

une présence
Beaucoup de maisons des Petites Sœurs des Pauvres à travers le monde affichent leur lien avec Lourdes. Ainsi cette maison que les sœurs tiennent à Los Angeles, en Californie, possède-t-elle, dans son vaste jardin, un édicule dédié à Notre-Dame de Lourdes. Il ne s’agit pas d’une réplique de la célèbre Grotte, mais d’une évocation.

mardi 1 novembre 2011

San Francisco

une église petite et simple
L’église Notre-Dame de Lourdes de San Francisco, en Californie, se situe dans un quartier très pauvre, qui connaît son lot d’injustice, de chaumage, de violence. Dans ce contexte difficile, le fait que cette paroisse soit placée sous le patronage de Notre-dame de Lourdes n'est pas neutre.

lundi 31 octobre 2011

Californie

un amas de pierre pudiquement recouvert
A Malno Park, dans le jardin de Vallombrasa, qui est la maison d’exercices spirituels du diocèse de San Francisco, en Californie, se trouve une « grotte » de Lourdes particulière. En effet, elle s’est écroulée lors d’un tremblement de terre, mais la statue de Notre-Dame de Lourdes est restée intacte. 

Aujourd’hui la statue de Notre-Dame de Lourdes est posée sur cet amas de pierres. Si ce lieu n’est donc plus le signe de la grotte de Lourdes, il n’en demeure pas moins signe du monde de la résurrection.

dimanche 30 octobre 2011

Itinéraire

« Qui s’élèvera sera abaissé et qui s’abaissera sera élevé ». C’est Jésus. « Lui qui était de condition divine ne retint pas le rang qui l’égalait au Père. Mais il s’est abaissé jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté ». C’est l’expérience de Bernadette. Agenouillée dans le fond de la Grotte, son visage est au contact de la boue. Et aussitôt après avoir bu et s’être lavée, elle est à nouveau debout. Mais rayonnante. C’est l’itinéraire des pèlerins de Lourdes. Ils quittent la ville haute pour la ville basse. De là, ils descendent à la Grotte. Au terme d’une mystérieuse rencontre, ils remontent, dans tous les sens du terme. C’est le chemin de vie chrétienne, qui est expérience pascale, chemin de la croix glorieuse.

samedi 29 octobre 2011

Wellington

au coeur de la ville
A Wellington, capitale de la Nouvelle-Zélande, l’église paroissiale Notre-Dame des Anges offre deux lieux de pèlerinages en un même endroit : la tombe de Mgr Philip Viard (1809-1872), né à Lyon, France, et premier évêque de Wellington, d’une part ; et, d’autre part, une représentation de Notre-Dame de Lourdes située dans une cavité rocheuse. L'ensemble représente comme une île de verdure au milieu du béton de la cité. D'ailleurs les fidèles sont nombreux à venir se recueillir tout à la fois devant leur premier évêque et auprès de Notre-Dame de Lourdes.

vendredi 28 octobre 2011

Maori College

Notre-Dame de Lourdes couleur locale
A Auckland, la grande métropole de Nouvelle-Zélande, la chapelle du Maori College accorde une place importante à Notre-Dame de Lourdes. Il n’est donc pas étonnant de trouver dans cette chapelle une représentation de Notre-Dame. D'ailleurs tous les élèves de ce Maori College chantent parfaitement - donc régulièrement - l'Ave Maria de Lourdes. Enfin ils connaissent assez bien l'histoire et le rayonnement de Lourdes, la vie de sainte Bernadette et sa rencontre avec celle qui lui a dit : "Je suis l'Immaculée Conception".

jeudi 27 octobre 2011

Glemdon

une représentation inversée
Dans le nord de l’île Nord de la Nouvelle-Zélande, à Glemdon, qui est un quartier d’Auckland, une église paroissiale Notre-Dame de Lourdes représente bien Bernadette à genoux aux pieds de Notre-Dame. Toutefois, contrairement aux multitudes de représentations qui s’inspirent de la réalité historique, celle-ci donne à voir Bernadette non plus à gauche de Notre-Dame, mais à droite.

mercredi 26 octobre 2011

Otaki

une église à la campagne
Non loin de Wellington, dans le sud de l’île Nord de la Nouvelle-Zélande, à Otaki, l’église paroissiale est placée sous le patronage de la Vierge Marie et porte le nom de : « Sainte-Marie d’Otaki ». Pour illustrer et rendre visible ce lien, une représentation de Notre-Dame de Lourdes a été choisie, pour l’extérieur, comme pour l’intérieur de l’édifice.

mardi 25 octobre 2011

Paraparaumu


Notre-Dame de la Colline à Paraparaumu

Dans le sud de l’île Nord de la Nouvelle-Zélande, pas très loin de Wellington, à Paraparaumu, a été érigé au sommet d’une belle colline cette immense statue de Notre-Dame de Lourdes, « en l’honneur du centenaire des 19 (sic !) apparitions dont a bénéficié la jeune Bernadette Soubirous à Lourdes », précise un panneau de grande taille.

lundi 24 octobre 2011

Karori

ici Marie a les traits d'une femme maori
En Nouvelle-Zélande, dans la banlieue de Wellington, à Karori, dans l’enclos de l’église paroissiale Saint Teresa, une grande fresque représente Bernadette à genoux devant Notre-Dame. Elle a été réalisée en 1977, à l’occasion des 50 ans de sacerdoce de celui qui était alors le curé, le P. Herlihys. A noter qu'en arrière plan sont représentés les sanctuaires de Lourdes.

dimanche 23 octobre 2011

Aimer

« Aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit » et « Aimer son prochain comme soi-même » sont le premier et le second commandement, que le Seigneur dit être « semblables ». Pour les voir accomplis en plénitude, il nous faut contempler Jésus. Pour les voir réalisés de manière inédite, il nous faut regarder les saints et les saintes. Ainsi, avec cette clef, il est possible de lire et de comprendre la vie de sainte Bernadette. Et, à travers elle, d’accueillir l’Amour de Dieu et du prochain manifesté dans la croix du Christ pour qu’à notre tour nous soyons capables de faire de même.

samedi 22 octobre 2011

Eaux-Chaudes

dans la lumière d'un environnement rocheux et de verdure
Dans le département des Pyrénées-Atlantiques, à la sortie des Eaux-Chaudes en direction du col du Pourtalet, c’est-à-dire 24 kilomètres avant la  frontière espagnole, une simple représentation de Notre-Dame de Lourdes fait face aux voyageurs. Près de Notre-Dame de Lourdes, on entend couler le gave d'Ossau, en contrebas de la route D 934.