jeudi 21 septembre 2017

Les Roses de Massabielle (9)


Demain ? Mais c’est pour demain surtout, pour les heures noires où le courage sera près de défaillir, que la Vierge nous a ravitaillés de force et d’espérance. J’entends l’hymne de joie qui monte des cœurs arrachés naguère si douloureuse à ce Rocher où, comme Bernadette, ils avaient trouvé leur Ciel (R. Gaëll, 1946).

mercredi 20 septembre 2017

Les Roses de Massabielle (8)


Aujourd’hui la tristesse découragée d’un adieu : « Ah ! Si je pouvais demeurer encore et prolonger ma prière ! Ici, dans le désarroi de mon affliction, je sentais ma peine moins lourde et ma confiance prête à fleurir. Mais demain… seul avec le fardeau d’une vie meurtrissante et l’insupportable obsession d’un isolement sans sourire… » (R. Gaëll, 1946).

mardi 19 septembre 2017

Les Roses de Massabielle (7)


Symbole touchant ; mieux encore réalité de tous les jours. Rien de ce qu’on emporte de Lourdes ne peut demeurer stérile. Le murmure d’une prière joyeuse ou désolée, jeté vers la Vierge dans l’incertitude, l’allégresse ou les larmes, dans l’amertume de l’épreuve ou la douleur du sacrifice, porte en soi une fécondité qui prépare des floraisons inconnues (R. Gaëll, 1946).

lundi 18 septembre 2017

Les Roses de Massabielle (6)


« Dans ce cas comment expliquez-vous cette floraison inattendue ? » « Parce que cultivé avec amour, ce sauvageon entouré de vos soins pieux, a multiplié les richesses de sa sève et vous a donné plus que vous n’attendiez de lui. Il en va de même pour tout ce qu’on a cueilli à Massabielle. Grâces ou rosiers, quand c’est en bonne terre qu’on les cultive, s’animent d’une vie prodigieuse. Quel beau sujet pour votre sermon de retour » (R. Gaëll, 1946).

dimanche 17 septembre 2017

Oeuvre vivante


Le pardon de Dieu n’est ni statique ni figé. Au contraire il se présente comme un jaillissement puisque le pardon de Dieu est le don par Dieu de sa Vie. Or sa Vie, telle une rivière, une source ou un torrent, ne s’arrête jamais. C’est pourquoi on ne peut la recevoir qu’en la perdant. Ainsi qui est pardonné ne peut que pardonner. Si d’aventure il ne pardonne pas c’est qu’il n’a pas lui-même accueilli le pardon dont il a bénéficié. En voyant avec quel magnifique empressement Bernadette pardonnait, on comprend qu’elle a beaucoup reçu.

samedi 16 septembre 2017

Les Roses de Massabielle (5)


En septembre, comme il avait amené une trentaine de ses paroissiens en pèlerinage, je le rencontrai sur l’Esplanade. « J’espère que votre églantier a tenu ses promesses ». « Hélas ! trop ! » « Comment trop ? » « Eh oui ! Au lieu de simples églantines, il m’a donné des roses splendides, de vraies roses de parterre. Alors avec un regard inquisiteur où se manifestait un peu de gêne et beaucoup de dépit : « Vous êtes sûr qu’il venait en ligne droite du rosier de la Grotte ? » « Absolument ! » (R. Gaëll, 1946).